Mon chauffe-eau

les fonctions techniques d'un chauffe-eau

Comment fonctionne un chauffe-eau électrique ?

Réservoir doté d’un système de chauffage électrique, le chauffe-eau repose sur un principe d’accumulation d’eau chaude. Il se compose :

  • d’une cuve (émaillée et isolée),
  • d’une résistance,
  • d’un thermostat de régulation
  • d’un système de protection contre la corrosion.

L’eau chaude (plus légère que l’eau froide) se trouve naturellement dans la partie haute du chauffe-eau, dont le réservoir est maintenu sous pression constante. Lorsque cette eau chaude est utilisée, de l’eau froide arrive dans la partie basse du chauffe-eau.

Lorsque le thermostat détecte que l’eau stockée n’est plus à la température désirée, il déclenche la résistance pour chauffer l’eau. L’ajout d’un contacteur jour/nuit entre le chauffe-eau et le disjoncteur permet de s’adapter au tarif heures creuses / heures pleines, et de déclencher la chauffe pendant les heures creuses (tarifs avantageux) afin de limiter votre facture d’énergie. Lorsque vous choisissez un chauffe-eau plat, il faut au contraire mettre votre compteur électrique en permanent. Les 2 cuves chauffent l'une après l'autre et après chaque soutirage d'eau. Grâce à ce fonctionnement , vous pouvez profiter d'un confort optimal avec votre chauffe-eau gain de place.

La résistance

L’élément chauffant : résistance blindée ou résistance stéatite ?

Il existe deux types de résistances :

  • La résistance « blindée » ou « thermo-plongée » : c’est la résistance historique, aujourd’hui plutôt présente en entrée de gamme. Généralement en acier inoxydable, elle est directement immergée dans l’eau. On parle alors de « chauffe-eau blindé ». Moins cher à l’achat, il doit néanmoins faire l’objet d’un entretien régulier. En effet, lorsque l’eau est calcaire, le contact direct avec l’eau et la température de chauffe qui augmente avec le temps (thermostat mécanique) favorise la formation de  tartre qui se dépose sur la résistance et altère sa performance. C’est pourquoi ce système tend aujourd’hui à disparaître (Sauter ne le propose plus que pour les chauffe-eau d’appoint) au profit du système suivant.
  • La résistance stéatite : protégée par une enveloppe étanche émaillée, elle n’est pas en contact direct avec l’eau. L’entartrage est limité grâce à cette diffusion lente de la chaleur Autre avantage : elle peut être changée aisément sans vidanger le chauffe-eau. L’ensemble de nos modèles de capacité supérieure à 50L utilisent cette résistance.

La protection anti-corrosion

Un des principaux ennemis de votre chauffe-eau est la corrosion (rouille) car il est en contact continue avec l’eau. La première protection de la cuve est son émaillage, mais l’émail possède naturellement des micro-porosités où la corrosion peut s’amorcer. C’est pourquoi on trouve dans tout chauffe-eau un système de protection supplémentaire contre la corrosion, il s’agit de l’anode. Il existe 3 types d’anodes : Titre 3 : L'anode magnésium

L’anode historique, en magnésium,  est appelée « sacrificielle », car elle va se dissoudre progressivement (courant naturel et faible) pour venir colmater les micro-porosités naturelles de l’émail. Nous parlons de protection PASSIVE.

Au bout d’un certain temps l’anode a totalement disparu, et le chauffe-eau ne dispose plus de système de protection : la corrosion peut survenir. Elle doit donc être changée régulièrement. La fréquence de remplacement varie selon le type d’eau de réseau et peut varier de 6 mois à plusieurs années. Il est donc difficile de connaître précisément le besoin de remplacement.

L’anode ACI

Depuis une dizaine d’années est arrivée sur le marché l’anode en titane, à courant électrique imposé (dites ACI). Ce système fonctionne grâce à l’imposition d’un faible courant électrique qui empêche le phénomène; de corrosion. Les particules bénéfiques de l’eau sont activées pour venir protéger les micro-porosités de la corrosion et la protection est maintenue grâce à ce courant continu. Nous parlons de protection ACTIVE. Inusable, l’anode en titane ne nécessite pas d’entretien. Mais selon le type d’eau ce système de protection peut montrer ses limites.

L’anode ACI Hybride

Pour ne plus avoir à se soucier du changement de l’anode magnésium, ou de la qualité de son eau dans le temps, Sauter a lancé en 2012 un nouveau système de protection : l’ACI hybride. Il s’agit d’un système de protection DYNAMIQUE. Pour parer à tous les types d’eau et à tout changement de la qualité d’eau, Sauter a lancé en 2012 le système ACI Hybride. Issu des centres de recherche Sauter, l’ACI Hybride est un système dynamique de protection anticorrosion nouvelle génération. Cette technologie brevetée fonctionne sur le principe d’une anode hybride de grande taille qui combine l’action du titane et de particules de magnésium.

Positionnée de manière optimale au centre de la cuve, l’anode hybride permet de projeter uniformément le magnésium protecteur sur les parois sous l’action d’un courant permanent et régulé.

Cette barrière contre la corrosion se forme dès la mise en service du chauffe-eau et se maintient grâce au titane inusable durant toute la vie du produit. La cuve est ainsi intégralement protégée contre toutes les eaux de réseau, même les plus agressives et son émail haute résistance est préservé pour longtemps. Les chauffe-eau équipés de la protection dynamique ACI Hybride durent jusqu’à deux fois plus longtemps dans les eaux agressives, par rapport aux appareils classiques protégés par une simple anode magnésium*.

*Concerne uniquement la cuve des appareils, sous réserve de l’utilisation de l’eau potable des réseaux conformes aux normes en vigueur ; avec un adoucisseur, la dureté de l’eau doit rester supérieure à 15°f.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Fermer